Anne Hidalgo et son Autolib’

Capture-d’écran-2014-01-19-à-09.47.42Crédit Photo : Simon Buisson

Une autolib’ avec chauffeur ! C’est le choix original d’Anne Hidalgo pour sa voiture de campagne. Lundi 6 janvier 2014, il est autour de 19 heures lorsque la candidate PS à la Mairie de Paris arrive à l’inauguration du QG de Marie Christine Lemardeley, rue du Cardinal Lemoine dans le 5ème arrondissement. Comme lors de tous ses rendez-vous, la socialiste se déplace à l’avant d’une Bolloré Bluecar bleu nuit. Sur le capot, le simple slogan « je roule en électrique ».

La Bluecar est le modèle commercial de l’Autolib’, ce service de location de voiture électrique lancé en décembre 2011 par Bertrand Delanoë. Malgré des débuts chaotiques, plus de 100 000 personnes se sont abonnées à Autolib’. Aujourd’hui, le réseau se développe dans toute l’Ile de France :  217 nouvelles voitures ont été mises en service et une soixantaine de communes franciliennes ont déjà accueilli ses stations.

Cette petite voiture électrique dessinée par Pininfarina et produite par Bolloré est aussi disponible à la vente ou la location longue durée. C’est cette dernière formule qu’a choisi l’équipe de campagne d’Hidalgo. Conduite par un militant socialiste, la Bluecar leur est louée pour toute la durée de la campagne. Si l’on se réfère au prix officiel, cette location coûte 500 euros par mois, ajoutés aux 80 euros mensuels pour la batterie électrique. Elle est immatriculée en Bretagne, comme toutes les Autolib’ gérées par le groupe du breton Vincent Bolloré.

Hasard ou pas… Le PDG de l’entreprise éponyme, pourtant réputé pour ne pas être franchement de gauche,  a d’ailleurs annoncé son soutien à Anne Hidalgo. Il faut dire que le contrat surprise passé en 2010 avec la mairie de Paris pour la gestion du réseau a permis à son groupe de développer son savoir faire. Il vient de signer un accord avec la mairie de Londres pour y implanter ses petites voitures grises.

L’équipe de campagne d’Anne Hidalgo espère que la Bluecar sera le symbole de la politique de la candidate: « Elle est à l’image de ce que veut faire Anne. C’est une voiture écologique qui ne pollue pas ». La candidate PS rêve d’ailleurs que Paris devienne « le leader mondial de la mobilité électrique ». Pour ce faire, elle propose dans son programme d’étendre à toute la métropole le système Autolib’ et de transformer le parc automobile de la mairie de Paris en une flotte  100 % électrique ou hybride.

Cette Bleucar de campagne est donc un formidable coup de communication : assurer le service après-vente du bilan de Bertrand Delanoë et défendre le programme écologique d’Anne Hidalgo alors qu’Europe-Ecologie-Les-Verts, très critique sur le projet Autolib’, présente un candidat dans la capitale.

Car même hors déplacements électoraux, la première adjointe de Bertrand Delanoë tient à rester écolo. Elle roule en Toyota Prius hybride, l’une des 68 voitures électriques de la Mairie. Du côté de la candidate UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, raillée en début de campagne pour ses déclarations d’amour au métro parisien, préfère elle circuler en scooter ou en taxi.

Simon Buisson (article initialement publié sur Paris 5/5)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s