Pollution : Les citadins sont-ils assez informés des dangers ?

La Tour Montparnasse trouble au Jardin du Luembourg ( photo : Simon Buisson )

La Tour Montparnasse trouble au Jardin du Luxembourg (Photo : Simon Buisson)

Un air trouble, les yeux qui piquent, la gorge qui racle… Depuis plusieurs jours, l’alerte à la pollution aux particules fines s’étend progressivement sur un tiers des régions françaises. Mercredi, le seuil des 100 micro-grammes par mètre cube d’air a été franchi à Paris. Une pollution qui inquiète. 

Quelques recommandations sur un panneau lumineux, un communiqué de presse du ministère de l’écologie demandant d’éviter les déplacements en voiture, les pouvoirs public faisaient jusqu’à jeudi le service minimum pour rassurer les citadins touchés par la pollution après l’arrivée soudaine du soleil.

Prévision pour demain. En jaune, les zones polluées. (Prev'air)

Prévision sur la France pour le vendredi 14 mars. En jaune, les zones polluées. (Prev’air)

Pourtant, un tiers de la France est touché par cet épisode polluant : d’abord en Ile-de-France, puis dans les régions Centre, Bretagne, Pays-de-Loire, Picardie, Nord-Pas-de-Calais, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Une brume épaisse

Au Jardin du Luxembourg, de nombreux touristes et parisiens tentent d’échapper à l’air pollué des rues de la ville. Camille reconnait avoir limité cette semaine ses activités sportives. Victoire, maman d’un bébé d’un an, a hésité avant de venir pique-niquer au Jardin du Luxembourg. Elle s’inquiète des effets sur sa santé et sent depuis quelques jours une gène respiratoire dans les embouteillages. « Je viens de banlieue, le ciel est bleu, vous arrivez à Paris, une sorte de brume épaisse vous aveugle ».

La pollution aux particules fines s’accumule lors des belles journées d’hiver à cause d’un air chaud et d’un sol froid. Mais sur le site du Ministère de la Santé, il n’y a pas de recommandations sanitaires spécifiques. Ce sont les habituelles mises en garde en cas de forte pollution qui demeurent.

En région parisienne , la vitesse a, dans un premier temps, été réduite à 60 kilomètres sur le périphérique et 110 kilomètres heures sur l’autoroute pour lutter contre la pollution,. La Mairie de Paris a ensuite rendu gratuits les services de partage Autolib’ et Vélib’. A partir de vendredi, tous les transports en commun d’Ile de France seront également gratuits pour permettre aux personnes d’éviter de prendre leur véhicule.

Mise en danger de la vie d’autrui

Nadir Saifi en bout de table (Photo: Simon Buisson)

Nadir Saifi en bout de table lors d’une réunion de Ecologie Sans Frontières (Photo: Simon Buisson)

Des mesures qui restent faibles pour plusieurs associations. « Où sont le ministre de l’écologie Philippe Martin et la ministre de la santé Marisol Tourraine ? On ne les entend pas ? » s’interroge Nadir Saïfi, vice-président d’Ecologie sans frontière.«  La faible implication des pouvoirs publics est de la faute des lobbys , mais il faudra bien qu’on comprenne un jour que les temps ont changé».

Il vient d’ailleurs, avec son association Ecologie sans frontières, Respire et le Rassemblement pour la Planète, de porter plainte contre X pour mise en danger d’autrui. « Les particules fines font des milliers de morts et de blessés par an », alerte-t-il.

L’Organisation Mondiale de la Santé ne dit pas le contraire. En octobre dernier, le Centre International de Recherche sur le Cancer, un de ses organismes, classait la pollution de l’air extérieur comme cancérigène. Particulièrement visées : les particules s’échappant des véhicules diesel. Selon l’OMS, 223 000 personnes sont décédées d’un cancer du poumon en lien avec la pollution de l’air en 2010. Date des dernières données disponibles.

Mais pour Philippe, la cinquantaine, « il ne faut pas exagérer. On entend déjà beaucoup parler des risques de la pollution. » Il explique que si Paris est particulièrement pollué c’est à cause des rues qui ne sont pas adaptées à la circulation des véhicules modernes. Il note aussi que depuis de nombreuses années « les voitures ont des pots d’échappement catalytiques » qui réduisent la pollution.

Panneau d’information de la ville de Paris, jeudi 13 mars. (Photo : Simon Buisson)

Panneau d’information de la ville de Paris, jeudi 13 mars. (Photo : Simon Buisson)

L’Europe nous mettait en garde

D’après le Conseil National de l’Air, 46% de la population française respirerait aujourd’hui un air de mauvaise qualité. Un taux élevé qui pourrait d’ailleurs nous coûter cher. En octobre 2013, la commission européenne menaçait la France d’une amende de 11 millions d’euros et 240 000 euros de pénalités par jour jusqu’à ce que la qualité de l’air s’améliore.

Notre pays ne respecte pas les valeurs-limites de particules fines PM10 dans 15 zones géographiques dont Paris ou Marseille, soit 12 millions de personnes.

Près de 6 mois plus tard, ce sont ces mêmes particules fines qui font parler d’elles.

Simon Buisson

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s